Loin de la Chine, proche des Nigériens

12 août 2008

Rencontre de Karim

Je suis allée, avec Liang, au chantier ce matin. C’ est un projet de la réalisation de deux écoles rurales au Niger, financé par le gouvernement chinois. C’est au chantier de l’ école N° 2 que je me suis rendue et on va construire une école primaire juste à côté d’ un jardin d’ enfants. Comme la maison du gardien du jardin d’ enfants occupe une partie de l’ espace prévue pour la construction de l’ école, toute la famille était obligée de déménager. On a trouvé une classe pour leur habitation précaire et une nouvelle maison du gardien sera construite pour eux..

Déménagement était très facile pour eux, parce que toute leur possession est composée d’ une couverture, d’ une natte déblarée, de vêtements et de quelques contenants pour l’ eau potable et l’ alimentation. Ils sont sept ou huit dans la famille et la relation entre eux est difficile à indentifier. Comme ils ne parlent que haussa, je n’ avais pas pu leur demander leur relation précise. Mais aujourd’hui j’ai vu un garçon de 9 ou 10 ans que j’ avais pas vu avant. Apparemment, il est fils de la famille et heuresement il parle un peu le français.

On étais assi côté à côté de sous un arbre et j’ ai essayé de parler avec lui. Je lui ai demandé son prénom. Il m’ a répondu mais je n’ ai pas bien entendu. Je lui ai donné mon stylo et il a écrit, sur le papier, trois prénoms—Karim, Leila et Kadiri. Il m’ a expliqué qu’ il s’ appelait Karim, que Leila était le prénom de sa soeur et que pour Kardi, elle était sa copine. Il a essayé d’ écrire les 26 lettres et je lui ai aidé à les compléter.

J’ai aperçu qu’ il y avait un journal sur sol, alors je lui ai conseillé de copier les articles dans les journaux. Pour ce qui était écrit dans le journal, il a peu compris. Mais quand il a vu une photo de l’ homme au dessous de laquelle « Hama Amadou » était écrite, il m’ a dit qu’ il le connaissait et qu’il était l’ ancien président du Niger et était dans la prison actullement.

En même temps, sa soeur parlait sans cesse et souriait à moi, mais je n’ ai rien compris. Malgré ma mal- compréhension, elle avit l’ air très contente.

Posté par juliettelu à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]